• Redorer l’image du métier
    • Montrer la réalité que ces professions peuvent apporter au quotidien
    • Mettre en réconfort qu’apporte un aide-soignant, un infirmier ou encore un kiné au cours des soins.
    • Mettre en avant les réussites possibles
    • Mettre en avant la diversité de lieux d’exercice
    • Les ordres professionnels pourraient s’associer afin de réaliser une communication commune sur les métiers en tension
  • Formation initiale
    • Insister sur l’accueil et l’accompagnement des stagiaires
    • La formation peut être à la fois bienveillante et exigeante
    • Ne pas décourager les étudiants et leur donner une image positive du lieu d’exercice que les attend
  • Évolution de carrière / formation continue
    • Développement professionnel Continu
    • Revoir la durée avant de devenir titulaire
    • Accompagner le collaborateur en s’inscrivant dans ses projets de carrières
    • Travailler le côté management afin de valoriser les professionnels, les pratiques innovantes et communiquer à leur sujet
    • Redonner de meilleures perspectives aux catégories C et notamment aux aides-soignants. Un passage en B serait juste au regard de l’évolution des métiers et du manque d’attractivité de la profession.
    • Eviter l’ennui et la sensation de stagner en proposant aux soignants un apprentissage permanent et l’acquisition de nouveaux savoirs
  • Avantages en nature et pécuniaires
    • Veiller à la qualité de vie au travail
    • Reconnaissance statutaire par le biais d’une rémunération juste (trop de différences d’un établissement à l’autre) / prise en compte de la concurrence frontalière (ex : la Suisse)
    • Qualité de l’accueil : parcours d’intégration
    • Proposition d’hébergement
    • Capitalisation financière acquise par parcours professionnel